Publication scientifique : Dans son nouvel article, le CT AKILIMALI Ephrem examine l’effet du potentiel entrepreneurial sur le regret d’être entrepreneur plutôt que salarié et vice versa

Le Chef de travaux AKILIMALI NDATABAYE Ephrem de l’Université Officielle de Bukavu (UOB) vient de publier un nouvel article scientifique. Ce dernier porte sur: « I wish I had a paid job or a business: a moderated effect of entrepreneurial potential on career choice regret».

Cet article publié dans la revue « Career Development International » examine l’effet du potentiel entrepreneurial sur le regret d’être entrepreneur plutôt que salarié et vice versa, et considérant certaines variables de modération. Il fait progresser la théorie de régulation du regret et propose une approche qui peut réduire le turnover des employés et leur « enfermement au poste ».

Interrogé, il résume ainsi sa publication :

« Dans cet article, nous nous appuyons sur le contexte de la RDC pour examiner l’effet du potentiel entrepreneurial sur le regret d’être entrepreneur plutôt que salarié et vice versa, et considérons certaines variables de modération. Notre étude était certainement attendue, d’autant plus que la littérature sur les antécédents du regret de choix de carrière est quelque peu bien élaborée pour les salariés mais moins pour les entrepreneurs, et beaucoup moins pour la comparaison du regret de choix du salariat à celui de choix de l’entrepreneuriat.

Nous rapportons que dans 45% et 15% des cas, les salariés et les entrepreneurs regrettent leur choix de carrière, respectivement. Cependant, nous ne parvenons pas à conclure que les entrepreneurs ont des conditions de vie trois fois meilleures que les employés. Au lieu de cela, nous argumentons que dans des pays aux taux de chômage et de sous-emploi élevés, l’entrepreneuriat doit être soigneusement encouragé, non pas parce qu’il offre nécessairement plus d’avantages hédoniques par rapport au salariat, mais pour ses avantages eudémoniques et parce qu’il est une alternative à l’inactivité. Le coût d’opportunité perçu d’être un employé ayant du potentiel entrepreneurial était trois fois plus élevé que celui d’être un entrepreneur sans potentiel entrepreneurial,

Nous faisons progresser la théorie de régulation du regret en testant et en reconsidérant certaines de ses propositions. Nos résultats impliquent que l’objectif du gouvernement, consistant à assainir le climat des affaires peut être contre-productif. A long terme, l’atteinte d’un tel objectif peut conduire à plus de regrets de choix de la carrière entrepreneuriale et réduire les chances d’émergence de l’entrepreneuriat corporatif. 

De même, nous concluons qu’il est important, pour le gestionnaire des ressources humaines, d’identifier les employés ayant du potentiel entrepreneurial élevé, et qui sont passionnés par l’entrepreneuriat afin d’aligner leurs compensations aux avantages eudémoniques de ce dernier. Une telle approche peut réduire le turnover des employés et leur « enfermement au poste », a-t-il déclaré

Il sied de préciser que cet article a comme co-auteur McEdward Murimbika

Qui est AKILIMALI NDATABAYE EPHREM ?

Akilimali Ndatabaye Ephrem est chef de travaux à la faculté des sciences économiques et de Gestion de l’Université Officielle de Bukavu, doctorant en sciences de gestion à l’Université de Witwatersrand, Johannesburg d’Afrique du Sud. Il s’intéresse notamment à l’entrepreneuriat, aux comportements organisationnels et à la science décisionnelle. Il a à son actif, plusieurs articles publiés.

Pour lire complétement cet article, Lien researchgate : https://www.researchgate.net/publication/372510407_I_wish_I_had_a_paid_job_or_a_business_a_moderated_effect_of_entrepreneurial_potential_on_career_choice_regret?_sg=UJvRugjgRwXVwAb_fkA-upIt3tdTASdaP0V-YjwNmIANbqX3unT0Ex4zxZdkAImHkG5mwqOfUaqSOUWTk5Lu1gkof68 et le lien DOI : https://doi.org/10.1108/CDI-09-2022-0249

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*