«la pandémie a négativement impacté l’éducation des enfants » (Chercheurs UOB)

Les chercheurs de la faculté des Sciences de l’Université Officielle de de Bukavu (UOB) ont présenté ce lundi 15 novembre 2021 à Bukavu, les résultats d’une étude menée sur l’impact secondaire de la pandémie à Coronavirus, dans les secteurs de l’éducation et de la santé, dans la ville de Bukavu.
Cette recherche a été menée dans les trois communes de la ville de Bukavu, avec la facilitation de l’Association des Chercheurs Géographes Américains.
Devant différentes personnalités intervenant dans le secteur de l’éducation en province, les chercheurs ont présenté les résultats préliminaires de ladite recherche, basées sur certains indicateurs qui ont renseigné sur les impacts du second lié à la maladie à coronavirus, notamment :la présence des point de lavage de main, la présence de l’eau potable, la variation des frais de scolarité, l’enseignement en ligne etc…
Ils révèlent dans cette étude que la pandémie a négativement impacté l’éducation des enfants, des enseignants et des parents dans la ville de Bukavu en particulier, et l’ensemble du pays en général.
Dans le cadre de cette recherche, les enseignants de l’UOB indiquent avoir procédé à la géolocalisation des écoles et structures sanitaires existantes dans la ville de Bukavu. Pour les établissements scolaires et supérieurs, l’équipe de chercheurs à cartographier 440 (maternelles, primaires, secondaires, Universités et Instituts Supérieurs) et estiment avoir cartographié au moins 65 pourcent des établissements d’enseignement dans la ville de Bukavu.

Le Doyen de la faculté des Sciences à l’UOB, le professeur Lina Alex a fait savoir que cette géolocalisation a permis aux enquêteurs de collecter certaines informations importantes sur le fonctionnement des écoles pendant la période de la pandémie.
‘’Aujourd’hui on est à mesure de dire que pour les 440 structures éducatives identifiées, on a pu géolocaliser plus de 65 pourcent ; on sait que pour une école X, c’est implanté dans telle commune, dans tel quartier. On a même certaines informations caractéristiques, par exemple, l’effectif des enseignant, des élevés, le nombre d’enseignants que l’école avait perdu, le nombre d’élèves qui avaient abandonné, tous ces éléments ont fait l’objet de recherche,» a-t-il déclaré.
Celui-ci ajoute que la qualité des enseignements dispensés lors de la pandémie a également fait partie de l’étude. C’est le cas de l’enseignement à distance, qui selon lui, n’a pas vraiment donné de bons résultats.
«Nous nous sommes également intéressés à cette formation à distance, la formation radiodiffusée, radiotélévisée, et avons regardé certains aspects »
Les fruits de l’analyse que nous avions menée montrent que ce moyen d’enseignement à distance a présenté beaucoup de limites. Je pense qu’il sera très important que nous puissions, avec les gestionnaires pour qui d’ailleurs nous avons produit toutes ces données-là, réfléchir sur comment améliorer l’analyse avec les parties prenantes de l’éducation, parce que cette méthode d’enseignement en ligne est très importante dans un contexte d’évolution de la maladie à corona virus» estime-t-il.

A cette occasion, une plateforme mise en place par ces chercheurs de l’UOB avec leurs partenaires a été présentée aux participants. Il s’agit de « Cities Navigator », qui regorgera la quasi-totalité des informations sur les structures déjà géo localisées, et d’autres qui le seront.

Ces chercheurs invitent la communauté à s’approprier cette plateforme, pour avoir accès aux différentes informations de la recherche.
Signalons que le représentant de la ministre provinciale de l’éducation, l’inspecteur principal provincial, plusieurs autres responsables intervenant dans le secteur de l’éducation, ont pris part à cet atelier qui s’est tenu dans les installations de la Faculté des Sciences de l’Université Officielle de Bukavu, situé au Campus de Karhale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*